Concept & Philosophie
François MAUSS
Villa d'Este
Prix Lalique
Bourse Vinopremio
5 Parrains du Davos du Vin
Musiciens
Concept & Philosophie

Concept & Philosophie

Le Villa d’Este Wine Symposium, créé par le président et fondateur du Grand Jury Européen, François Mauss, est né de l’idée simple de réunir, durant 4 jours, une fois par an, les acteurs majeurs du monde du vin : producteurs, négociants, distributeurs, fournisseurs, médias, politiques et grands amateurs.

Le grand vin n’est pas un produit économique comme un autre, tant il est imprégné de dimensions historiques et culturelles. Il fallait donc, un lieu, une rencontre annuelle, qui permettent aux acteurs majeurs mondiaux de la filière vin de se rencontrer pour ce « think-tank » de haut niveau. Le Villa d’Este Wine Symposium leur accorde le forum nécessaire pour pouvoir discuter, échanger et défendre les intérêts sociaux, économiques, politiques et culturels du grand vin.

Ecouter, échanger, discuter, déguster. Des séminaires, des débats et des ateliers conduits par des conférenciers de stature internationale forment la colonne vertébrale de l’événement. Les participants aux premières éditions (2009, 2010 et 2011) venaient de plus de vingt pays différents. Les séminaires bénéficient de traductions simultanées qui permettent aux participants de suivre chaque orateur quelle que soit leur langue natale.

Les échanges et contacts continuent lors des dégustations, de vins de prestige ou de vins à découvrir ou lors de fabuleux repas préparés par l’équipe professionnelle de Villa d’Este.

Le Villa d’Este Wine Symposium se veut un lieu d’échanges internationaux et héteroclites sur le monde des grands vins et des vins en devenir. Après seulement trois éditions, il est déjà considéré comme le forum de communication de référence par les plus grands acteurs du secteur viti-vinicole. C’est ici, au Villa d’Este Wine Symposium qu’ils se réunissent, chaque année, pour partager leurs idées, leurs soucis et leurs espoirs, et pour défendre ce produit si noble qui les passionne : le vin.

François MAUSS

François MAUSS

Né en 1946 à Metz, licencié des Sciences Economiques (Strasbourg et Aix en Provence), diplômé de l’Institut des Hautes Etudes Internationales IUHEI (Genève), MALD de la Fletcher School of Law and Diplomacy (Tufts & Harvard University), François Mauss a développé à partir de 1984 deux passions parallèles : les grands vins et le Macintosh d’Apple. Férocement indépendant, il a été un des premiers à développer des produits informatiques autour du vin, notamment le premier CD-ROM « Bacchus & Comus » grand public, ainsi que de nombreuses versions de logiciels de caves et de bases de données sur le vin et la gastronomie, dont une version informatique du Bottin Gourmand.

Il a été le créateur et fondateur du Grand Jury Européen : Surla base d’une moyenne de 4 grandes sessions annuelles, le GJE est devenu la référence incontournable des dégustations collectives à l’aveugle en établissant des règles strictes qui sont devenues UNE « benchmark » pour beaucoup de producteurs. Son approche résolument européenne a permis à de nombreux amateurs de mieux se familiariser avec les grands vins italiens, suisses, espagnols, portugais, allemands, autrichiens, slovènes, hongrois….

Aujourd’hui consultant et organisateur d’événements, François Mauss travaille depuis plusieurs années sur le concept du Villa d’Este Wine Symposium, une rencontre annuelle qui permet aux acteurs majeurs mondiaux de la filière vin de se rencontrer pour échanger et défendre les intérêts historiques, sociaux, économiques, politiques et culturels du grand vin. Organisé pour la première fois en 2009, à la Villa d’Este sur les rives du Lac de Côme (Italie), le Villa d’Este Wine Symposium a vite connu un grand succès.

Marié à Marité Garaialde, père de 4 enfants, François Mauss réside au Luxembourg depuis 1972.

Villa d'Este
Villa d'Este

La Villa d’Este

Championne de “l’art de vivre”, la Villa d’Este, la résidence du Villa d’Este Wine Symposium, est l’endroit idyllique pour passer quelques jours à débattre et défendre les grands vins.

Construite en 1568 pour être la résidence d’été du Cardinale Tomoleo Gallio, la Villa d’Este comprend aujourd’hui plus de 10 hectares de jardins, dont les statues et les paysages ont été dessinés ou photographiés pendant des siècles.

Située sur les rives du Lac de Côme, dans le cœur d’une des plus belle région d’Italie, la Villa d’Este a été le terrain de jeu préféré d’une Impératrice, d’une reine d’Angleterre et de plusieurs générations d’aristocrates. Elle a été transformée en hôtel de luxe en 1873.

Continuellement modernisée et rénovée, la Villa d’Este propose aujourd’hui 152 chambres, toutes de  style différent  mais toujours dans la plus haute qualité d’hospitalité attendue d’une des destinations les plus légendaire d’Europe.

Pour plus d’informations sur la Villa d’Este, merci de visiter leur site web :

www.villadeste.com
Prix Lalique

Le Prix Lalique

C’est devenu un peu une tradition dans la presse généraliste ou spécialisée, que de consacrer annuellement une personnalité dans de multiples secteurs. Cela va naturellement des prestigieux prix Nobel jusqu’aux confidentiels “hommes / femmes de l’année” des journaux régionaux.

Dans le monde du vin, ces consécrations annuelles sont devenues standard, que ce soit avec le Wine Spectator, Decanter, la Revue du Vin de France, Falstaff et autres magazines spécialisés.

Mais ici, au VDEWS, nous avons voulu aller plus loin et ailleurs. Nous souhaitons consacrer chaque année non seulement un homme ou une femme du vin effectivement et mondialement reconnus pour l’excellence de leurs crus, et ce, depuis des décennies, mais surtout un homme, une femme qui, au delà du vin, ont une aura, un charisme personnel d’exception. Toutes proportions gardées, naturellement, (et je le répète : « toutes proportions gardées ») c’est un peu la philosophie du Nobel.

De grands et audacieux entrepreneurs ayant réussi dans le monde du vin, il y en a, et dans toutes les nations. Et dans cette salle, plus d’un Producteur fait partie de cette catégorie où la réussite économique a toujours été associée à une réussite qualitative.

Des héritiers de propriétés célébrissimes réussissant également à être à la hauteur de terres dont ils sont les locataires jusqu’à la génération suivante, il y en a aussi.

Il nous fallait plus.

Il nous fallait un homme du vin qui au delà d’une symbiose rare entre une terre et un homme, est depuis des années, depuis des décennies, proche d’une certaine perfection.

Ce graal recherché par les grands vignerons, est le fruit  d’un travail annuel souvent dur et ingrat. Mais c’est aussi l’ardente nécessité pour le vigneron de transmettre son savoir, ses expériences aux générations suivantes.

Ici, l’orgueil n’a pas de place. Ici, la vanité reste au vestiaire. Ici tout n’est que travail, compréhension ultime de ce que doit être le grand vin, et transfert de connaissances aux nouvelles générations.

Ces hommes là, ces femmes là sont rarement des personnalités faisant la une des revues de vin, quoiqu’elles soient régulièrement citées de façon plus qu’élogieuses, car ce sont des hommes, des femmes bien connues des amateurs, mais ne courant pas les show-off, ne cherchant pas à être systématiquement “under the radar” comme disent nos amis anglo-saxons.

Ce sont ces hommes là, ces femmes là que nous souhaitons honorer chaque année lors du VDEWS.

La Maison LALIQUE et la VILLA D’ESTE se sont associées à ce Prix d’excellence qui sera remis annuellement lors des VDEWS à Villa d’Este. Que ces deux institutions de prestige en soient ici vivement remerciées.

 

Prix Lalique 2012 : Helmut DONNHOFF (Allemagne)

Prix Lalique 2013 : Istvan SZEPSY (Hongrie)

Prix Lalique 2015 : Marie-Thérèse CHAPPAZ (Suisse)

Bourse Vinopremio

Pour la sixième édition du VILLA D’ESTE WINE SYMPOSIUM, Ocelle S.A. a créé un Fonds destiné à octroyer tous les deux ans, en alternance avec le Prix Lalique « Les Seigneurs du Vin », une bourse pour un jeune de 30 ans maximum ayant un projet sur le vin dont il présentera les résultats lors de l’édition suivante du VDEWS. Ce Fonds sera alimenté par des ventes aux enchères de magnums offerts par les Participants lors des soirées de gala.

Bourse Vinopremio 2014 : William METZ (USA)

Projet :

« Utiliser les drones pour analyser et comprendre les terroirs. »

5 Parrains du Davos du Vin

En 2013, en partenariat avec Villa d’Este, Le World Wine Symposium est devenu Villa d’Este Wine Symposium.

Lettre de soutien des cinq Parrains du Davos du Vin

Cher François,

Nous avons appris que vous allez prochainement organiser le World Wine Symposium. (Le “Davos du Vin”) à la Villa d’Este sur le lac de Côme.

Par la présente, nous aimerions vous témoigner notre très grand intérêt pour cet événement.

Héritier d’une culture plurimillénaire, le monde du vin est un secteur en pleine évolution qui se trouve aujourd’hui à un carrefour important de son histoire.

La mondialisation du marché des vins, les défis du futur, les perspectives des différents marchés, certaines menaces, aussi, qui pèsent sur cette filière, sont des thèmes essentiels et votre projet nous paraît s’inscrire dans une dynamique essentielle. C’est la raison pour laquelle nous aimerions vous apporter ici notre soutien.

Le fait qu’une telle « rencontre au sommet » ait lieu en Italie, au cœur de la vieille Europe du vin représente un ancrage symbolique évident. En même temps, le World Wine Symposium permettra de réunir les principaux acteurs les plus importants au niveau mondial de ce secteur et sera à la fois l’occasion unique de dresser un état des lieux de production et de la commercialisation des grands vins d’aujourd’hui.

Cela permettra certainement de développer des synergies importantes.

Nous voulons également souligner ici que pour la première fois dans l’histoire du vin, les principaux producteurs, décideurs et prescripteurs du monde du vin seront réunis pour des échanges passionnants et pour unir leurs forces dans une perspective résolument orientée vers la qualité et le professionnalisme.

Nous vous souhaitons plein succès dans cette nouvelle entreprise et longue vie au World Wine Symposium.

Musiciens

Maurizio Baglini

Lauréat à de nombreux concours internationaux de premier plan – Busoni à Bolzano, William Kapell dans le Maryland – en 1999, âgé seulement de 24 ans, il gagne à l’ unanimité du jury le World Music Piano Master de Monte-Carlo. Il joue régulièrement dans des festivals prestigieux dans le monde entier – La Roque d’Anthéron, Loeckenhaus, Yokohama Piano Festival, Australian Chamber Music Festival, Benedetti Michelangeli Festival de Bergamo & Brescia, Israel Festival de Jérusalem, Festival Berlioz à la Cote St. André, Nuits Romantiques à Aix les Bains, Festival Jacques Klein de Rio de Janeiro – ainsi que dans des salles aussi prestigieuses que Salle Gaveau, Musée d’Orsay, Auditorium du Louvre, Kennedy Center à Washington, Sala Cecilia Meireles à Rio de Janeiro, Gasteig à Munich.

Il est soliste dans les saisons orchestrales Philharmonique de Monte-Carlo, Symphonique de Barcelone et de Catalogne, Zurich Kammer Orchestra, New Japan Philharmonic Orchestra, Orchestra Toscanini de Parme, où il collabore avec des chefs tels que Emmanuel Krivine, Armin Jordan, Howard Griffiths, Brian Wright, Donato Renzetti, Roberto Rizzi Brignoli, Antonello Allemandi.

Ses interprétations ont été critiquées par les plus grands magazines de la presse internationale :

…L’aurait-on rêvé qu’on n’aurait jamais imaginé entendre un jour un pianiste aussi proche d’Alfred Cortot par l’esprit, la sonorité…. Et puis, Baglini a une sonorité profonde, à la fois lumineuse et ronde, une dynamique à couper le souffle, une culture du son rarissime à notre époque, une vraie présence en scène. Alain Lompech (Le Monde)
…Un pianiste vrai, un musicien authentique, un nom à retenir… Pierre Petit (Le Figaro)
… BAGLINI : Piano avec Émotion. Cecilia Porter (Washington Post).
…. Un des plus significatifs des interprètes de Chopin des dernières dix ou douze années …
Robert Vroon ( American Record Guide ).

Sa discographie inclut également toutes les Études de Chopin – enregistrées pour Phoenix Classics soit sur piano moderne, soit sur deux pianoforte originaux du XIX° siècle – et les œuvres complètes pour piano de Bach – Busoni, publiées par Tudor.

Avide chambriste, il dédie une grande part de son activité à de nouveaux partenariats et à la littérature musicale, avec une attention particulière à la musique contemporaine. En Novembre 2006, Azio Corghi écrit une nouvelle pièce pour violoncelle et piano dont il est, avec sa partenaire régulière Silvia Chiesa, le dédicataire. D’ après cinq chansons d’élite.

En Décembre 2007, il est invité aux célébrations du 100° anniversaire de la Salle Gaveau à Paris en compagnie d’artistes tells que Martha Argerich, Nelson Freire, Jean Marc Luisada.

En Mai 2008, il a été invité par le célèbre musicologue Alain Duault pour l’émission de télévision “Toute la Musique qu’ ils aiment“ et il joue régulièrement dans des émissions et concerts publics en direct pour RADIO Tre Rai, France Musique, NHK Television, etc….

En Mars 2009, il a publié, pour DECCA – Italie, la transcription de la 9° Symphonie de Beethoven par Franz Liszt, cd suivi par l’ enregistrement des 12 études transcendantes de Liszt paru chez Decca également.
En 2011, Decca publie Rêves, un troisième cd consacré à Franz Liszt, suivi par la parution , toujours chez Decca, d’ un cd Brahms – Schubert avec Silvia Chiesa.
Le 19 Février 2010 il a été soliste du Concerto pour piano et orchestre de Azio Corghi « Filigrane Bachiane », dont il est dédicataire, présenté à Turin avec l’ orchestre national de la Rai dirigé par Arturo Tamayo.

Il est souvent invité autant que membre du jury dans les plus grand concours internationaux : Vianna da Motta de Lisbonne, Jaques Klein de Rio de Janeiro, Epinal.

En 2005, il fonde Amiata Piano Festival et Dyonisus Festival, Art and Multimedia Festival, qui se tient tous les ans dans les extraordinaires caves de vin de Collemassari, à Poggi del Sasso ( Cinigiano ), Grosseto.
Depuis Janvier 2011, il est aussi directeur artistique des concerts à Palazzo Reale – Pise – , des recontres artistiques chez Fazioli-Showroom à Milan et du nouveau Festival Les Musiques de Montcaud.

www.mauriziobaglini.com

Nicolas Dautricourt

« Prix Georges Enesco de la SACEM », et « Révélation Classique de l’ADAMI » au Midem de Cannes, Nicolas Dautricourt est sans conteste l’un des violonistes français les plus brillants et les plus attachants de sa génération.

Invité à partir de la saison 2012 à rejoindre la prestigieuse Chamber Music Society Two of Lincoln Center de New York, il se produit sur les plus grandes scènes internationales (Washington Kennedy Center, New York Alice Tully Hall, London Wigmore Hall, Moscow Tchaikovsky Hall, Tokyo Bunka Kaikan, Téatro National de Bélèm, Copenhagen Concert Hall, Boston Gardner Museum, Ongakudo Hall Kanazawa, Nagoya Shirakawa Hall, Sendai city Hall…), françaises (Salle Pleyel, Théâtre des Champs-Élysées, Cité de la Musique, Musée d’Orsay, Arsenal de Metz, Opéra du Rhin, Grand Théâtre de Provence…), et est l’invité de nombreuses manifestations artistiques (Festival de la Chaise-Dieu, Printemps des Arts de Monaco, Festival de l’Orangerie de Sceaux, Parc Floral de Vincennes, Folle Journée de Nantes, Folle Journée de Tokyo, Rencontres Musicales de La Baule, Festival de la Vézère, Saoû chante Mozart, Flâneries musicales de Reims, Festival de Pâques de Deauville, Festival des Arcs, La Roque d’Antheron, Festival du Périgord Noir, Festival d’Auvers sur Oise, Musique à L’Empéri…).

Egalement l’invité de prestigieux festivals à l’étranger tels que Lockenhaus (Autriche), Ravinia (Usa), Sintra (Portugal), Davos (Suisse), il se produit en tant que soliste avec l’Orchestre National de France, Sinfonia Varsovia, l’Orchestre Symphonique du Québec, l’Orchestre Philharmonique de Mexico, le Belgrad Philharmonic Orchestra, le NHK Tokyo Chamber Orchestra, le Yokohama Sinfonietta Orchestra, Orchestra Ensemble Kanazawa, l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre National des Pays de la Loire, l’Orchestre Philharmonique de Nice, l’Orchestre de l’Opéra de Rouen, l’Orchestre de l’Opéra de St-Etienne, l’Orchestre de l’Opéra de Toulon, le Sendai Strings Ensemble, l’Orchestre de chambre de Novossibirsk, le Kiev Philharmonic Orchestra, l’Orchestre Philharmonique du Maroc, le Baltic Chamber Orchestra, l’European Camerata, l’Orchestre de Chambre de la Scala de Milan, l’Orchestre des Pays de Savoie, l’Orchestre d’Auvergne, l’Orchestre Symphonique de Caen, l’Orchestre Pasdeloup, l’Orchestre Français des Jeunes, sous la direction de Yuri Bashmet, Eivind Gullberg Jensen, Fabien Gabel, Michael Francis, Kazuki Yamada, Dennis Russell Davis, Jean-Jacques Kantorow, Mishiyoshi Inoue, Jacques Mercier, Faycal Karoui, Vahan Mardirossian, Stanislas Lefort, Mark Foster, Arie Van Beek…

Particulièrement apprécié pour son « engagement sensible et passionné », il affectionne tout particulièrement la musique de chambre qu’il pratique aux côtés de Yuri Bashmet, Léon Fleischer, Augustin Dumay, Gérard Caussé, Michel Dalberto, David Guerrier, Gary Hoffman, Anne Gastinel, Bertrand Chamayou, Dana Ciocarlie ou encore le quatuor Psophos, le quatuor Parisii et le trio Wanderer. Son interêt marqué pour le jazz lui offre également le privilège de collaborer régulièrement avec de très grands musiciens tels que Jean-Marie Ecay, Nelson Veras, Jean-Philippe Viret, Jean-Marc Jafet, Antoine Hervé, Dominique Fillon, Pascal Schumacher, et notamment l’accordéoniste Richard Galliano au sein du « Tangaria quartet » et du « Piazzolla Forever project », dans de prestigieux festivals tels que Jazz à Vienne, Marciac, Sud-Tyroler Jazz Festival, San Javier, Copenhague, Athènes…

Lauréat du Concours International Henryk Wieniawski de Poznan, du Concours International des Jeunesses Musicales de Belgrade, des Concours Internationaux Rodolfo Lipizer de Gorizia et Gian-Battista Viotti de Vercelli, il compte parmi ses maitres Philip Hirschhorn, Miriam Fried, Jean-Jacques Kantorow, Gérard Poulet et Jean Mouillère, et est depuis 2007 directeur artistique des « Moments Musicaux » de Gerberoy.

Nicolas Dautricourt joue un magnifique instrument d’Antonio Stradivarius datant de 1713, le « Château Fombrauge », généreusement mis à sa disposition par Monsieur Bernard Magrez.

www.nicolasdautricourt.com

SILVIA CHIESA

« Passionnée » (Sole 24 Ore), « Convaincante » (American Record Guide), « Personnalité riche » (Diapason). Violoncelliste, Silvia Chiesa a conquis le public et les critiques grâce à sa brillante carrière qui a fait elle l’une des artistes les plus appréciées parmi les violoncellistes. Elle fait régulièrement des tournées en Europe et aussi en Chine, aux États-Unis, en Australie, en Afrique et en Russie. Son vaste répertoire comprend les œuvres les plus connues pour violoncelle ainsi que des œuvres de compositeurs injustement oubliés. On lui doit notamment la redécouverte de deux chefs d’œuvre méconnus de Nino Rota : les deux concertos pour violoncelle qu’elle a enregistrés pour Sony Classical avec l’Orchestre della Rai Nazionale di Torino, dirigé par Corrado Rovaris.

Son dernier CD est dédié à la musique italienne du début du XXe siècle qui comprend le premier enregistrement du Concerto pour violoncelle en ut mineur de Ildebrando Pizzetti avec l’Orchestre della Rai dirigé par Corrado Rovaris chez Sony Classical. Ces deux disques ont reçu des critiques élogieuses. La violoncelliste milanaise apporte aussi une contribution importante au répertoire contemporain de son instrument : « Le Concerto per orchestra e violoncello » de Matteo D’Amico lui est dédié, et elle a aussi donné la première italienne d’œuvres de Gil Shohat, Nicola Campogrande, Aldo Clementi, Michele Dall’Ongaro, Peter Maxwell Davies et Giovanni Sollima… En 2015 au Teatro Verdi de Pordenone, elle donne la première internationale de « Tra la Carne e il Cielo » (hommage à Pier Paolo Pasolini) d’Azio Corghi, qui lui est dédié. En tant que soliste, elle a enregistré en direct pour la télévision et la radio, sur Rai Radio3, Rai Sat, France Musique et France 3. Depuis 2005, elle joue en duo avec le pianiste Maurizio Baglini sur les scènes internationales : Salle Gaveau à Paris, Oriental Art Center de Shanghai, Sala Cecilia Meireles à Rio de Janeiro…etc. La « Suite pour pianoforte e violoncello » d’Azio Corghi et la « Sonate » de Gianluca Cascioli sont toutes deux dédiées au duo. Leur discographie comprend aussi les œuvres pour violoncelle et piano de Saint-Saëns (« Amadeus »), Brahms et Schubert : sonates pour violoncelle (Decca). Leur nouveau CD sortira dans les prochains mois et comprendra l’intégrale des œuvres pour violoncelle et piano de Rachmaninov (Decca). Elle est artiste en résidence au Festival de la musique de Chambre internationale « Amiata Piano Festival » et enseigne à « l’Istituto Superiore di Studi Musicali  Monteverdi » à Crémone. Elle joue sur un violoncelle de Giovanni Grancino de 1697.

www.silviachiesa.com